Agroforesterie et eau
Étudier les bilans biophysiques de systèmes agroforestiers représentatifs du bassin de l'Agence de l'Eau


Dans ce projet, nous proposons d’étendre à l’ensemble du bassin Rhône Méditérranée Corse les études poursuivies sur les parcelles expérimentales de l'INRAE, en s’appuyant sur deux approches complémentaires.

L'observation

L’observation de nouvelles parcelles situées dans des contextes pédoclimatiques différents (plaine alluviale du Rhône et de ses affluents principaux, zones de moyenne montagne sur substrat calcaire ou métamorphique, bassin amont (Saône, Rhône) à influence méditerranéenne limitée.

La modélisation

L’utilisation des modèles de l’INRAE pour réaliser des simulations numériques des bilans hydriques et azotés des parcelles agroforestières dans des conditions pédoclimatiques et pour des systèmes de culture représentatifs des principales occupations du sol dans le bassin RMC.
Nous bénéficions en effet de la disponibilité d’outils de modélisation avancée permettant de réaliser de telles simulations prospectives, y compris en tenant compte du changement climatique.

L'expérimentation

Mise en place de deux parcelles d'essais "système" en agroforesterie fruitière sur la plateforme TAB, combinant abres fruitiers, cultures assolées, PPAM et aménagement agroécologiques; Dans ces essais, l'agroforesterie sera associée à d'autres leviers agronomiques (couverts végétaux, choix de cultures, pilotage de l'irrigation), dans le but de réduire l'irrigation des cultures. Les performances des systèmes seront décortiquées sous tous leurs aspects : faisabilité techniques, performances agronomiques, environnementales, économiques. L'effet des arbres sur le microclimat des parcelles, et l'évapotranspiration sera évalué, afin de déterminer si l'agroforesterie permet de réduire les besoins des cultures et les volumes d'eau apportés.

Questions analysées scientifiquement dans différents contextes pédoclimatiques du grand bassin-versant RMC

  1. Quels sont les effets des pratiques agroforestières sur le cycle de l’eau des parcelles agricoles dans différents contextes pédoclimatiques ?
  2. Quelles sont les répercussion de l'agroforesterie sur l'évapotranspiration, et sur le bilan hydrique en aval des systèmes?
  3. Ces pratiques permettent-elles une meilleure pénétration de l’eau dans le sol et donc une réduction du ruissellement et du transfert rapide aux cours d’eau ?
  4. Ces pratiques ont-elles un effet sur la quantité d’eau stockée et retenue dans le sol exploré par les racines des cultures et permettent-elles de réduire le transfert de polluants aux cours d’eau ?
  5. Ces pratiques permettent-elle de diminuer les besoins en eau des cultures associées aux arbres, et les volumes d'eau d'irrigation apportés?

Deux niveaux d'études

Performances technico-économiques des systèmes

sur tous les sites

  • productivité et rentabilité économique
  • consommation en intrants (produits phytosanitaires, eau, fertilisants)
  • faisabilité technique
  • autres services environnementaux : biodiversités fonctionnelle, patrimoniale et cynégétique, revalorisation de l'agriculture auprès de la société


études spécifiques

(sur certains sites pilotes)

  • cycle de minéralisation de l'azote et bilan azote
  • services rendus par la biodiversité
  • productivité du système agroforestier
  • effet sur le microclimat et l'évapotranspiration
  • effet sur les besoins en eau des cultures, et les volumes d'irrigation apportés